mercredi 28 septembre 2016

La pierre de fronde a été lancée


Sire, donne à ma bouche de quoi faire tomber les murs
des bunkers carapaces qui nous séparent encore
de Toi Amen - qu'elle souffle un nouvel air pur
réveille d'une belle rosée les vivants et les morts

Vous Anges, Trônes et Dominations, amplifiez ces stances
et vous Léviathans, Béhémoths, faites écho à ce chant
Ils s'effondrent en poussière les panzers, les ultimes défenses
contre la gloire du Très-Haut et celle de Ses enfants

Ça y est, elle a été lancée la pierre de fronde, les pieds d'argile
du Mammon se brisent, il tombe face contre terre, c'en est fait
Ta lumière dissipe les ombres, chaleureuse et juvénile
elle régénère la Création, à sa puissance tout soumet

mardi 27 septembre 2016

Tu es Seigneur le rond du carré

 zoom
 d'après Picasso

Tu es Seigneur le rond du carré
le feu qui ne brûle pas, l'eau sèche
justice de l'amour, le doux du rêche
l'ombre de la lumière, force pitié

Tu unis les pôles et leur offres d'être
mais Toi Tu échappes à leur domination
Toi seul est pôle, la source de la Création
les opposés c'est Toi qui les fait naître

Du haut de la pyramide Ton trône exerce
sa souveraineté sur les dix mille choses
Ta toute-puissance ne connait pas de pause
dans Tes bras d'amour Sire les contraires Tu berces

lundi 26 septembre 2016

L'Arche d'Alliance retrouvée


Sire, aidée par Toi, me feras-Tu élever sur le Vieux-Port
de Marseille deux paires de très hauts mâts placées en vis-à-vis
là où jadis le Pont Transbordeur liait rive sud et rive nord ?

Ces quatre mâts seront comme les barres bénies
de l'Arche d'Alliance retrouvée verticale
un pont jeté vers le ciel, Ton infini

Les mâts forment une couronne, consacrent et signalent
le berceau, le noyau, la prime graine de la France
Le pays se régénère, se lève, triomphal

Viens Seigneur, remplis de Ta nuée ce Temple de l'Alliance
écoute ma prière Majesté, je Te prie, donne-lui une chance

Le Pont Transbordeur d'après Raoul Dufy

dimanche 25 septembre 2016

Il suffit Sire de prononcer Ton saint nom

 zoom
 
Les arbres tendent vers la joie du soleil
l'oiseau sorti du nid s'élance vers les airs
Faire le miel cingle les ailes de l'abeille
le fleuve trouve son chemin vers la mer

Mais quel élan travaille donc l'âme d'Adam ?
Qu'est-ce qui fait courir son existence ?
Gagner Ton royaume au bout de son âme
après la chute rien d'autre n'a de sens

Quelle que soit la voie, retourner à son état initial
renaître, ressurgir dans le lieu d'origine
dont en vérité il n'est jamais sorti, bain de liesse totale
à l'œuvre dans ses propres profondeurs intestines

Enfin il suffit de prononcer Ton saint nom
une seule fois, le cœur droit coiffé d'esprit ferme
et Tu accours, trop heureux d'entendre le son
d'Adam quand il T'appelle de tout son épiderme

La malchance se transforme en providence
L'âme d'Adam libérée en Ton sein jouit
Cristal, azur, l'écho de sa claire confiance
lui fait retrouver la source du paradis

samedi 24 septembre 2016

Celui qui Te trouve, trouve toute chose


Majesté, celui qui Te trouve, trouve toute chose
l'âme ne se fane plus, l'œil s'ouvre, les reins s'affirment
Esprit clair et bouche ferme celui-là confirme
la vérité de cet adage - il aura quitté la névrose

Quoi ? Oui, la bulle asphyxiante du soi seul
les petites limites narcissiques tyranniques
l'air vicié saturé à bloc de leurs tics
tares, trucs, turlutaines lamentablement veules

Ça sent le renfermé, jamais une fenêtre ouverte sur un ailleurs
Poussières s'accumulent, murs moisissent, ah ça prend à la gorge
La face se fait grimace, l'esprit rictus, dix mille enfers se forgent
au creux de ces acides marécages dans une chair sans cœur

Comme en plus Seigneur soi-disant Tu es mort, les masses retenues
par plus rien serrent plus fort le nœud de leur propre corde
coupent dans leurs corps dévastés, taillent, scient et mordent
avec la frénésie des bêtes de l'enfer quand elles frappent Tes élus

Mais comment aux enténébrés donner un peu de lumière première Sire ?
Où trouver une ouverture et chasser le vil air létal
Toi Sire, par Ta parole les possédés guérissent, triomphale
couronne sur la Création quand ils retrouveront de Toi le désir

vendredi 23 septembre 2016

Perles de diamant Tes grâces


En perles de diamant Tes grâces en filaments
tombent sur ma tête sur les montagnes sur les champs
deviennent sources rus cascades fleuves océans
d'âmes geysers de bonheur concertos omniprésents

Éternel est Ton nom, bénis sont le ciel et la terre
Nul espace, nulle part un temps qui ne reçoivent de Ton aire
harmonie musique paroles beautés en dix mille éclairs
Chante ma bouche Son immense gloire, la finesse de Son mystère

jeudi 22 septembre 2016

Mon Dieu comme Tu as fait le monde beau


Nés du même principe éternellement Un
l'amour et la justice se sont embrassés
Par eux deux l'univers a été créé
sans erreur, sans manque, sans défaut aucun

Ton esprit œuvre dès l'origine
Ce que Tu vois nous ne le voyons pas
Sur le ciel et la terre Tu règnes en Roi
depuis les hauteurs les choses Tu domines

Mon Dieu comme Tu as fait le monde beau
Montagnes se lèvent - ruisseaux roulent
blocs, rochers, cailloux infiniment soûls
d'être de la Création un morceau

Comme mon chant ici
soulevé par Toi
clame Seigneur sa joie
d'y être aussi