dimanche 24 septembre 2017

Seigneur Tu m'as séduite


Seigneur Tu m'as séduite et je me suis laissée séduire
Hé ! comment Te résister, rester aveugle sourd muet ?
Autant faire fi du soleil, de la lune de son sourire

Je me suis laissée prendre dans Tes rets
Ta flèche m'a percée, Ta nasse m'a prise
dévore-moi Seigneur, bois-moi à souhait

Si Sire mourir je dois que je meure dans Tes bras, admise
dans Tes tentes à Sion, au sommet de la Montagne
sainte, librement à Tes commandements soumise

Je verrai de la Jérusalem céleste la citadelle les campagnes
je nagerai dans ses eaux, marcherai sur ses exquises banquises
savourerai ses douceurs, baies et fruits, j'en boirai le champagne

Fais couler Ta liesse dans mes veines, attise
l'heur de mes heures de mes minutes et secondes
que je meure par la force de Tes bras conquise

Ton astre s'est levé depuis l'abîme de mon âme - Ton monde
se dévoile, l'infini paraît, amour et justice le fondent

samedi 23 septembre 2017

Luit quand tout s'obscurcit


Sire, depuis les profondeurs de mon âme Ton invincible soleil
a paru au-dessus de l'horizon - l'aube a chassé la nuit
Aurore qui suit et matin l'ont vu grimper jusqu'aux cimes du midi
sans plus vouloir descendre, immobile de tout son éclat vermeil

Ta lampe éclaire mon univers mieux que les lampadaires
au firmament n'éclairent la terre, luit quand tout s'obscurcit
En chemin sa lumière me signale d'avance là ou ici
l'obstacle - triomphante je saute les barrières

Qui voudrait me déquiller ? Le Très-Haut a pris parti pour moi
Son Alliance me crée jour et nuit, Sa providence écarte
chausse-trapes nœuds ruses - le Seigneur a inscrit mon nom dans Sa charte
comme moi j'écris le Sien au zénith de mon âme, quoi qu'il en soit

vendredi 22 septembre 2017

La norme de l'homme véritable


L'insensé creuse ici-bas son enfer pour l'au-delà
À moins d'être touché par la grâce pour lui nul salut
Au feu les sarments stériles, à bas le bois de rebut
chair pour enfer cultivée toute une vie sur terre déjà

Et pourtant Ta Passion Seigneur inclut tous les fils d'Adam et les sauve
de la damnation éternelle - jusqu'où va trop loin le péché contre l'esprit
quand l'homme s'exclut lui-même de Tes bontés, de Ton amitié se veut banni
dans les ténèbres extérieures, sans cesse déchiqueté par d'autres fauves ?

La mort n'existe pas, la vie se poursuit, l'esprit, l'âme immortelle
par essence, la conscience ne peuvent mourir car c'est bien Ton esprit
qui les fait advenir - qui leur permet d'être grâce à l'infini
de Ton amour la norme de l'homme véritable, juste, beau, réel

jeudi 21 septembre 2017

Le Très-Haut pulse


A-t-on jamais vu un Indien consulter une horloge pour avoir l'heure ?
A-t-on jamais entendu un rossignol louper une note, une alouette
rater son envol, des dauphins manquer leurs bonds, un matador avoir peur ?

L'à-peu-près disparaît lorsque Ton nom apparaît dans la tête
Fugues toccatas sarabandes, rien ne résiste, clartés sauts souplesses
et chaque jour et chaque nuit tôt ou tard se transforme bel et bien en fête

Et pourquoi sinon soleil étincelle lune resplendit, naissent
-ils sur les rivages du ciel, illuminent-ils l'humain ?
A-t-on jamais vu un merle bouder sa joie son ivresse ?

De même l'âme juste ne se trompe jamais en rien
Le Très-Haut pulse son esprit, lui ceint les reins

mercredi 20 septembre 2017

Près de Toi mon Dieu


Lorsque arrivée au bout de ma vie ici-bas
quand elle se poursuivra au-delà du trépas
aurai-je assez sur moi pour payer l'addition
qui me sera alors présentée sans omission ?

Faudra bien s'acquitter envers le Créateur de l'air
respiré toute une vie sans contre-partie, de la terre
nourricière, du feu réchauffant, de l'eau désaltérante
faudra bien s'acquitter de son dû en espèces sonnantes

Mon humble capital suffira-t-il ? Les plateaux de la balance
s'équilibreront-ils ? Mes mérites répondront-ils aux exigences
de la justice élémentaire ? Et comment passerai-je le sas
si je ne me suis pas délestée de mes enflures bouffonnes en masse ?

Je sais Seigneur, Ta Passion a racheté mes péchés en principe
Je n'ai pas à désespérer, avec Toi toute panique se dissipe
Cependant il faut bien y aller de son âme aussi, Te rendre grâce
le fléau de la justice veut son équilibre, la cherche sans las

Sire, j'ai voulu faire de ma vie un miroir de Ton être
même lorsque j'ignorais Ton nom précis comme mes ancêtres
Amen Monseigneur, pardonne mes offenses, adoucis Tes yeux
fais pencher la balance du bon côté près de Toi mon Dieu

mardi 19 septembre 2017

Dans mon œil Il verse Sa lumière


La rosée se dépose la nuit sur mon feuillage
le jour apporte son prestige, d'âge en âge
le Très-Haut me bénit, je suis Son héritage

Sa force est en moi, Il m'a ointe
de Son huile d'allégresse très sainte
comme David sous les térébinthes

Il a conclu une alliance avec moi
j'ai été trouvée digne aux yeux du Roi
de l'univers - Sa justice garde mes pas

Dans mon œil Il verse Sa lumière
mes poumons s'emplissent de Son air
dans ma tête Il a mis Ses éclairs

Que suis-je sinon l'effet de Son désir ?
Dans le miroir de mon être Il Se mire
comme les nues se reflètent dans un lac saphir

lundi 18 septembre 2017

Dans l'ombre Ta lumière ouvre mon œil


Seigneur, augmente la lumière de mes yeux
fais-moi voir l'épure, l'original
de la Création, le fort, le fougueux
vertical derrière l'horizontal

Derrière le chant des piafs c'est Ta voix
que j'entends vocaliser son bonheur
d'être un petit oiseau plein de joie
tout à son chant tout à son heur

Dans les ors des cuivres je vois le reflet
de Ta majesté, dans l'ombre Ta lumière
ouvre mon œil, à Tes tentes j'ai accès
je connais le mot de passe qui régénère

Tu l'as donné à Israël puis à toutes les nations
Ton nom a transformé jusqu'aux îles les plus lointaines
le mode de penser de dire et d'agir, la façon
de se tenir face au Principe premier quoi qu'il advienne

À ma graine Tu offres le vent, à ses racines de l'eau
l'or du soleil et l'argent de la lune la poussent en avant
Que sa fleur charme Ton œil, que son fruit Te plaise ô Très-Haut
ravisse Ton palais, réponde à Ton attente ô Tout-Puissant